Zéro Déchet, Béa Johnson

zéro déchetsBéa Johnson est une Française mariée à un Américain et qui vit là bas depuis de longues années. Elle s’est fait connaître par son blog (en anglais et français selon les articles), Zero Waste Home (« une maison sans déchets ») et suite à la publication de ce livre, elle fait régulièrement des conférences sur le zéro déchet à la maison.

A travers ce livre, elle explique comment elle a réussi à réduire les déchets produits par son foyer à moins d’un litre par an et comment elle a, par voie de conséquence, réalisé de nombreuses économies sur son budget familial. Parce que cette prise de conscience liée aux déchets a conduit la famille Johnson à un style de vie minimaliste, qui a pris ses distances avec la société de consommation dans laquelle la famille était  complètement immergée.

C’est alors que Béa et son mari voulait acquérir une maison assez coûteuse que la famille a déménagé dans une maison de location plus petite, laissant une grande partie de ses affaires au garde meuble, qu’ils ont découvert qu’ils n’avaient pas besoin de tout ce qu’ils possédaient en bons Américains avec un train de vie confortable. Béa a réalisé également qu’ils produisaient énormément de déchets et s’est lancée à corps perdu, avec le soutien de ses proches, dans une modification de leurs habitudes à tous afin de limiter au maximum les déchets de la famille. Les Johnson compostent, achètent tout en vrac, recyclent, donnent et surtout refusent beaucoup de choses inutiles qui nous sont parfois imposées (échantillons, sacs, dépliants, etc).

Dans son livre, Béa Johnson explique sa démarche de façon très simple et donne de vraies astuces pour qui voudrait limiter ses déchets et atteindre un mode de vie plus simple et plus écologiste en listant les pièces ou les activités pour lesquelles on peut réduire sa production de déchets et en proposant 5 règles très simples en principe mais pas toujours faciles à respecter:

Règle n°1 : REFUSER ce dont nous n’avons pas besoin

La réduction de la production de déchets passe par une consommation maîtrisée et beaucoup d’objets s’immiscent dans notre vie sans que nous nous en rendions compte. Il s’agit ici de refuser les objets jetables, les cadeaux promotionnels ou les échantillons, les prospectus ou encore les pratiques non durables.

Règle n°2 : REDUIRE ce dont nous avons besoin mais ne pouvons pas refuser

L’idée est de réduire pour avoir un style de vie plus simple et incite à remettre en question sa consommation. Ici il s’agit d’évaluer sa consommation passée, restreindre sa consommation présente et future, éviter les activités qui soutiennent ou amènent à la consommation. Béa Johnson insiste dans son livre que cette démarche en particulier a changé sa vie: la famille a adopté un mode de vie « minimaliste » qui les rend bien plus heureux.

Règle n°3 : REUTILISER ce que nous consommons et ne pouvons ni refuser, ni réduire

L’objectif ici est d’éviter la consommation inutile et d’atténuer la réduction des ressources en achetant d’occasion, revendant ou partageant et enfin allonger la durée de vie des biens déjà acquis en réparant, rapportant, récupérant… Béa liste ainsi des objets réutilisables de base: cabas, mouchoirs et serviettes en tissu, gourdes ou thermos, bocaux, bouteilles en verre, piles rechargeables, etc.

Règle n°4 : RECYCLER ce que nous ne pouvons ni refuser, ni réduire, ni réutiliser

Béa souligne que le recyclage n’est pas la panacée et que, contrairement à ce que l’on pense souvent, les objets ne sont pas toujours recyclés. Elle considère également que n’envisager que le caractère recyclable d’un produit n’est pas le bon angle et qu’il faudrait plutôt envisager la durée de vie du produit dans son ensemble.

Règle n°5 : COMPOSTER le reste

Enfin le compostage! Il s’agit de s’équiper et de changer ses habitudes pour fabriquer son compost. On peut également militer auprès des copropriétés pour l’installer d’un composteur collectif, cela se fait parfois y compris dans les logements sociaux. Certaines communes proposent également des composteurs dans les parcs.

Ces 3 règles ont l’air simple mais il n’est finalement pas si facile de les respecter. Cela implique de profonds changements dans nos modes de consommation et dans nos habitudes. Mais je pense qu’elles ont du sens et qu’à défaut de se lancer comme la famille Johnson dans un mode de vie zéro déchet, on peut tendre au moins à réduire les objets mis au rebut et réfléchir un peu plus à ce qu’on achète.

source: content.usatoday.com

source: content.usatoday.com

Pièce par pièce, Béa liste ensuite ce que nous pouvons faire pour limiter les déchets. Elle donne de nombreuses astuces pour consommer moins et pour se simplifier la vie, comme par exemple, réduire de façon drastique les produits ménagers, appliquer la règle 1 entrée/1 sortie pour sa garde robe ou les jouets des enfants, etc. Car Béa insiste lourdement sur le fait que ce mode de vie ne doit pas être pesant et doit s’adapter à la vie d’une famille normale dont les parents travaillent. Pas question de faire 50 magasins pour faire ses courses en vrac, de passer plus de temps à faire le ménage ou à trier ses déchets. C’est un mode de vie qui doit devenir un réflexe mais qui implique de nombreux changements puisque nous avons été habitués autrement.

Après avoir découvert Béa Johnson, je l’ai trouvé un peu folle, un peu extrémiste. Je crois qu’on le lui reproche souvent. Et puis j’ai lu son livre et j’ai été touchée par son argumentaire, la simplicité de ses démonstrations et des actions à mettre en place. Et j’ai décidé de me lancer pour l’année 2016, sans doute pas au niveau auquel sont arrivés les Johnson, déjà parce que de nombreuses actions me semblent soit ingérables pour moi, soit difficile compte tenu de l’offre de nourriture en vrac à Bruxelles par exemple. Mon objectif sera de réduire ma consommation et de réduire mes déchets, on en reparlera.

Appliquer à la lettre le mode de vie de Béa Johnson n’est pas forcément l’objectif. L’objectif, c’est de changer ses habitudes, d’y être sensibilisé, d’agir autant que possible en fonction de son environnement. Béa et sa famille ont mis des années à modifier leurs habitudes. Il ne faut pas imaginer changer en un claquement de doigts. J’ai vu Béa dans un reportage Infrarouge sur France 2 et elle a bien précisé qu’il y aura des ratés, des échecs, des craquages, des erreurs… il ne faut pas se mettre la pression! mais souvent quand on découvre quelque chose, on veut toujours être un peu extrémiste 😉

Et vous, êtes vous tentés par ce genre d’initiative?

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Zéro Déchet, Béa Johnson

  1. Merci de ce partage. Je ne la connaissais pas et j’avoue que parfois l’extrémisme de certains me rebutent. Mais je pense que certaines de ces astuces sont intéressantes. Je vais voir sur son blog

    • Nag dit :

      Oui c’est vrai que c’est un mode de vie extrême mais ce que j’aime c’est qu’elle ne culpabilise personne et elle explique que c’est un cheminement de plusieurs années! Il y a des astuces et beaucoup de bon sens dans ce livre et sur son blog je trouve.

  2. Mademoiselle liline dit :

    Bonjour,
    Comme j’aime lire tes articles, et particulièrement celui-ci, tu vas comprendre pourquoi.
    Sur ma liste de noël, oui, oui j’ai une liste de liste ! J’en ai toujours fais une, donc pourquoi s’arrêter ! La seule chose écrite dessus est ce livre, je m’assure ainsi de l’avoir 🙂

    Plus que 1 semaine à attendre. Ton article m’a donc plus qu’intéressé et conforté dans mon choix de cadeau.
    belle journée

    • Nag dit :

      Merci Mademoiselle Liline! Tu me diras ce que tu en as pensé, j’ai envie de faire de gros changements en 2016, si ça te tente aussi, on pourra en discuter! ça peut être sympa de faire ça à plusieurs et de partager des trucs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Best Club 728X90