Tout ce que vous voulez savoir sur 50 nuances de Grey sans le lire!

L’histoire: Anastasia, une jeune étudiante de 21 ans, qui n’a jamais vécu une histoire d’amour, rencontre presque par hasard Christian Grey, un entrepreneur canon de 27 ans, richissime. Le charme opère immédiatement et Christian lui fait alors une drôle de proposition: devenir sa Soumise en signant un contrat censé sécuriser leurs relations à venir. Il pratique en effet le sado-masochisme et se propose d’initier Ana, sans savoir que celle-ci est encore vierge… Ana mais aussi Christian se trouvent finalement dans une situation complexe, puisqu’au delà de cette relation sexuelle librement consentie, des sentiments s’insinuent entre les 2 personnages, allant à l’encontre du passé difficile de Christian.

Il s’est dit beaucoup de choses sur ce roman, tout et n’importe quoi, un peu de vrai partout cependant… J’ai entrepris de le lire car on me l’a prêté, j’avoue que je ne l’aurais pas acheté! Mais finalement la médiatisation de ce roman a attiré ma curiosité et je me suis prise au jeu, tout en m’ennuyant cordialement… j’étais donc pressée de le terminer tout de même et de pouvoir vous en parler.

  • Ce roman est un Harlequin modernisé, chaud voire légèrement pornographique par moment, mais un Harlequin tout de même.

Je m’explique: Ana a 21 ans, elle est sublime mais toujours vierge. Elle n’a même jamais eu l’occasion d’embrasser un homme. Elle est très inexpérimentée au point qu’elle n’a strictement aucune idée que des adultes puissent s’adonner au sado-masochisme… et ne se figure absolument pas les pratiques qui peuvent en découler. Sans être spécialiste, elle me paraît d’une naïveté affligeante! Heureusement, cela change au fur et à mesure du roman.

  • C’est un roman sexiste

J’en rajoute à ce j’ai déjà dit : Ana est jeune et inexpérimentée, peu sûre d’elle, elle ne connaît pas son corps, n’a jamais eu d’histoire d’amour… Elle rencontre le beau et riche Christian, qui ne doute pas de lui même et l’inonde de cadeau, auquel elle doit se soumettre totalement… Au point qu’il choisit quasiment pour elle sa contraception!Bon certes, Ana se rebelle un peu, mais quand même… ça ne va pas loin!

  • Ana est d’une niaiserie effrayante.

Eh oui, au delà de son ignorance caricaturale de la sexualité, Ana n’a pas de téléphone portable ni d’ordinateur… et je ne vous parle pas non plus d’un smartphone! Mais ça ne l’empêche pas d’être une étudiante en lettres brillante qui souhaite travailler dans l’édition. Elle pose sans arrêt des questions débiles à Christian, ne déduit jamais rien de ce qu’elle voit ou entend, elle n’a aucune intuition ni même compréhension de ce qui se passe autour d’elle.

  • Les scènes de sexe, y compris de pratiques SM,  ne sont pas pléthoriques ni hard

Par rapport à ce qu’on a pu dire de ce roman, cela reste tout à fait un roman pour les ménagères. La 1ère scène coquine n’apparaît pas avant la page 90 et quelques et finalement les scènes ne sont pas aussi courantes ni sulfureuses que ce qu’on a pu entendre. Déjà parce que Christian initie d’abord Ana en pratiquant le sexe conventionnel qu’il appelle le « sexe vanille » (non mais on croit rêver!) et comme il tombe amoureux d’elle, forcément, il y prend goût. Ensuite parce que justement comme Ana est novice, Christian l’initie peu à peu à ses propres pratiques. Certaines scènes sont légèrement pornographiques mais ce n’est pas non plus traumatisant ni très choquant. La pratique du sado-masochisme se limite à des liens, la fessée et un peu de cravache 😉 Je m’attendais à quelque chose de plus osé personnellement!

  • Le style de l’auteur est bavard et franchement soûlant!

Ana est la narratrice. Elle a une tendance à tout détailler à un point hallucinant. On connaît le look et les vêtements de la standardiste de la maison d’édition à laquelle elle a rendez vous alors qu’on ne revoit plus ce personnage. Les détails donnés par l’auteur sont très nombreux mais souvent inutiles et superflus. Cela révèle le côté assez féminin de la narratrice mais c’est bavard et fatigant. De plus, cela enlève complètement le côté coquin et excitant de certaines scènes, puisqu’Ana commente tout dans son for intérieur et elle ferait mieux parfois de se taire…

  • La traduction me semble bien mauvaise

Il y a des passages qui m’ont vraiment gênée! Les mêmes termes sont répétés indéfiniment dans les mêmes paragraphes. A croire que l’auteur -ou le traducteur- n’a pas assez de vocabulaire. Cela vient peut être de la version anglaise mais quand on traduit, on adapte un peu : le Français supporte mal les répétitions. Et puis, elle l’appelle à plusieurs reprises « mon 50 nuances » car elle découvre qu’en fait sa personnalité présente de nombreux aspects, de nombreuses nuances. C’est mal formulé, sans arrêt repris, c’est vraiment vraiment vilain! Je serais curieuse de voir la VO.

  • La fin est digne du roman à l’eau de rose… mais c’est en fait ce que c’est!

La fin, c’est vraiment un truc à l’eau de rose, qu’on attend impatiemment car il y a des longueurs et qui ne surprend pas plus que ça… ça prépare la suite mais moi, ça n’a pas du tout excité ma curiosité pour les tomes suivants…

 

Pour moi, c’est vraiment un Harlequin moderne qui utilise les mêmes ressorts de la femme magnifique mais inexpérimentée, des secrets qui s’immisce dans le couple et rendent leur relation impossible… (eh oui j’en ai lu des Harlequins étant jeune 😉 ).

Bon, globalement, ça a été pour moi une lecture divertissante vu que je l’ai lu complètement au 2nd degré! J’ai même beaucoup ri devant les remarques débiles d’Ana et les remarques pas crédibles de Christian… Il y a des longueurs, j’avais hâte de finir! Je lirai probablement la suite si elle me tombe entre les mains mais je ne vais pas me précipiter car globalement, on s’ennuie un peu à cette lecture qui est en fait beaucoup trop longue…

 

Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 réponses à Tout ce que vous voulez savoir sur 50 nuances de Grey sans le lire!

  1. Ping :50 nuances plus sombres… | Nag...and so on...

  2. Karine dit :

    Tu l’as lu par curiosité ? Moi j’ai même pas eu envie…. Je savais que c’était un « navet » 😉

    • nagandsoon dit :

      Par curiosité et parce que je n’ai pas eu à l’acheter… Je savais que c’était un navet, mais ça m’a amusée 😉 je connais beaucoup de gens qui se sont plus pris au jeu que moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Best Club 728X90