Le Roi se meurt, Théâtre des nouveautés

le roi se meurt

Je suis allée voir la célèbre pièce d’Eugène Ionesco au Théâtre des nouveautés: Le Roi se meurt. Ionesco, c’est du théâtre de l’absurde. Si vous avez déjà vu la Cantatrice Chauve ou encore La Leçon, cela vous dira quelque chose. Mais ce n’est pas parce qu’on passe par le prisme de l’absurde que ce n’est pas une pièce spirituelle et profonde. Bien au contraire… Le thème central est en effet celui de la mort et donc de la vie, du temps qui passe…

Voici comment le théâtre des nouveautés introduit cette célèbre pièce:

 Il y avait dans un pays imaginaire un vieux roi qui croyait tenir dans son poing un pouvoir éternel. Puis un jour, tout bascule dans l’anarchie et dans l’horreur. Le roi doit alors accepter l’inéluctable, le grand rendez-vous avec la mort. Mais va-t-il mourir ?

Bien sûr, la star de la pièce c’est Michel Bouquet, qu’on ne présente plus, et qui a fêté en novembre dernier ses 87 ans. Mais les autres acteurs sont excellentissimes, à savoir: avec Juliette Carré, Nathalie Bigorre, Pierre Forest, Lisa Martino, Sébastien Rognoni.

Michel Bouquet

Le Roi Bérenger 1er se meurt. Son temps est passé, sa volonté n’a plus d’effet sur personne… Toutefois, il ne considère pas que son temps est venu. Marguerite, sa 1ère femme, souhaite lui ouvrir les yeux sur le fait que son temps est venu mais Marie, sa 2nde femme, ne l’accepte pas. Le médecin également assure au Roi que son heure est venue et son état se dégrade au fur et à mesure de la pièce. Ionesco nous donne ainsi à voir différentes manières d’aborder la mort, qui s’incarnent dans chacun des personnages.

 

J’ai beaucoup aimé cette pièce qui nous interpelle très franchement sur la mort et notre propre rapport à la mort et à la vie. Les acteurs sont tous incroyables, les costumes magnifiques et le texte croustillant. Car vous ne pleurerez pas en assistant à cette pièce, vous rirez, parfois jaune…! Le personnage de Marguerite est caustique et nous fait souvent sourire.

J’ai beaucoup aimé ces répliques qui m’ont marquée:

« LE ROI : Tu m’avais prévenu trop tôt. Tu m’avertis trop tard. Je ne veux pas mourir… Je ne voudrais pas. Qu’on me sauve puisque je ne peux plus le faire moi-même.

MARGUERITE : C’est ta faute si tu es prix au dépourvu, tu aurais dû t’y préparer. Tu n’as jamais eu le temps. Tu étais condamné, il fallait y penser dès le premier jour et puis tous les jours, cinq minutes tous les jours. Ce n’était pas beaucoup. Cinq minutes tous les jours. Puis dix minutes, un quart d’heure, une demi-heure. C’est ainsi que l’on s’entraîne. »

Michel Bouquet est également très impressionnant. Tout d’abord physiquement. Une certaine énergie se dégage de lui, sa démarche est assurée, pour un homme de 87 ans et un rôle plus physique qu’il ne peut y paraître, c’est quelque chose! Mais également mentalement: comment à 87 ans, alors que l’on termine sa carrière d’acteur, choisit on de rejouer une dernière fois une pièce sur la mort?

Cette pièce m’a fait réfléchir, m’a amusée et m’a subjuguée. Je vous la recommande chaudement, surtout qu’elle ne se joue que jusqu’au 31 décembre prochain. Le théâtre des nouveautés est également un très beau théâtre!

Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Best Club 728X90