La marque des anges – Miserere réalisé par Sylvain White

Je ne suis pas très cinéphile… Mais près de 11 heures d’avion m’ont conduite à regarder plusieurs films au cours de mon voyage… Et c’est par hasard que je suis tombée sur La marque des anges – Miserere, une adaptation du roman de Jean-Christophe Grangé, Miserere (que je n’ai d’ailleurs pas lu). Le casting m’a bien tentée: Depardieu que j’adore, Joey Starr que j’avais envie de découvrir mais également Thierry Lhermite, Helena Noguerra, etc. Un thriller, quoi de mieux pour passer le temps sans s’en apercevoir? Et puis c’était pour moi l’occasion de découvrir Grangé de façon indirecte! Je me suis lancée…

marque des anges

Synopsis : A Paris, Lionel Kasdan, commissaire de la BRI à la retraite, enquête sur un meurtre étrange : un chef de chœur a été retrouvé mort dans sa paroisse, les tympans détruits, sans qu’aucun témoin n’ait apparemment assisté à la scène. De son côté, Frank Salek, un agent d’Interpol menacé d’être mis à pied par ses supérieurs à cause de son comportement excessif, traque la piste d’une organisation secrète, spécialisée dans le kidnapping d’enfants. Lorsque Salek apprend la mort du chef de chœur, il pense avoir établi un lien avec sa propre enquête et accepte de faire équipe avec Kasdan. Mais plus l’enquête avance, plus Salek semble perdre pied, comme rattrapé par un secret jusque-là enfoui. Dès lors, les deux hommes vont plonger dans une affaire qui trouve sa source dans les heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale…

marque anges

J’ai beaucoup apprécié le scénario que j’ai trouvé original : une organisation secrète, des kidnappings d’enfants, un lien avec les nazis mais traité de façon originale avec beaucoup de suspens. Les 2 rôles principaux – et bien entendu les 2 acteurs – sont également intéressants, profonds et accrochent complètement le spectateur : un flic de légende à la retraite qui s’ennuie suite au décès de sa femme et un jeune flic sur la brèche, violent, blessé qui est engagé dans cette affaire à titre personnel. Depardieu et Joey Starr forment une équipe de choc, crédible et touchante. On sent bien un respect mutuel, un rapport filial entre les 2 hommes qui n’ont pourtant pas d’autre ressemblance que la recherche de la vérité et de la justice. Depardieu y est excellent mais ça, ce n’est pas une surprise… Joey Starr m’a vraiment bluffée, je l’ai trouvé très crédible et touchant! J’ai été complètement passionnée par cette enquête complexe, bien menée, sans aucun blanc qui nous fait douter de l’enchainement des événements. C’est souvent le risque je trouve, dans les adaptations de romans qui présentent un scénario complexe : on se retrouve parfois avec des simplifications outrancières, des enchaînements peu crédibles ou alors incompréhensibles. Dans ce film, on suit bien l’intrigue, du début à la fin, sans être perdu ou largué dans cette histoire complexe et passionnante.

Ce film m’a donné envie de lire Grangé, même si j’y pensais depuis longtemps. Et j’ai passé un excellent moment à regarder ce film haletant et intelligent!

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à La marque des anges – Miserere réalisé par Sylvain White

  1. Karine dit :

    Oh tu n’as jamais lu de Grangé ? J’en ai lu plusieurs il y a quelques années et certains m’ont beaucoup plu ! Pas lu celui ci ! En tout cas ton article donne très envie de voir le film 😉
    Bises
    PS : j’adore ta nouvelle bannière !! ça fait rêver !

    • nagandsoon dit :

      Eh non je n’ai pas eu l’occasion… et ces derniers mois, je n’ai pas eu trop envie de lire des thrillers… mais dès que l’envie arrive, j’y penserais!
      Merci pour la bannière, c’est une photo du Sri Lanka!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Best Club 728X90